A toi que j'accompagnerai ce jour dans ta dernière demeure

Publié le par Docteur Chocolatine

A toi que j'accompagnerai ce jour dans ta dernière demeure

Entendre le bruit des clés qui tourne dans la serrure suivi de ton « bonjour, bonjour... » joyeux, parfois fatigué,

Découvrir le pain que tu gardais dans ta main, le programme télé dans l'autre pour ma grand-mère,

Te regarder étaler le beurre sur tes biscottes et écouter crisser le couteau sur les tartines,

Manger ces biscottes avec du Nutella dessus parce que tu es le seul à m’en acheter : une, puis deux, puis trois, puis quatre, puis cinq, puis six…"pfffiou, j’en peux plus, Papinou!"

S'échapper une journée avec toi au Palais de la Découverte, au Salon de l’Agriculture, à la Villette et, comme un rituel, dans ce dernier lieu, faire un passage chez Quick où j'ai le droit à la fameuse box enfants.

Tous les 14 juillet, jouer à faire éclater des pétards dans le petit parc de Cabourg,

Les soirs de vacances, faire une longue ballade où l’on parle de tout et de rien le long de la digue, s’arrêter chez le crêpier de la rue de la Mer, manger une crêpe au chocolat et repartir le ventre bien repu,

Préférer le mardi parce que le mardi soir, « je vais dormir chez Manou et Papinou »

Aller te voir dans ton bureau à la mairie, comme ça, juste en passant, entre le collège et la maison, discuter avec toi de tout et de rien, ce bureau plein de dossiers (même le mien, jamais il n’a ressemblé à celui-là). Une fois, tu m'as même emmené découvrir la pièce derrière la grande horloge, c'était magique.

Quand j’étais petite, tout le monde te reconnaissait dans la rue, te serrait la main. Tu avais toujours un mot gentil pour chacun. Tes dernières années, on ne voyait plus qu'un vieillard avec un déambulateur...

Lire des histoires avec toi parce que, même si je sais lire, j’aime que tu t’asseyes à côté de moi pour que je lise mes histoires le soir

T’entendre aspirer ta soupe à la cuiller parce que, je ne sais pourquoi, tu n’as jamais su avaler ta soupe sans l’aspirer et ça me faisait rire! Parfois, je te le reprochais...

Quand tu me raccompagnais le soir chez mes parents et que tu repartais tout seul dans la nuit...il faisait froid ces jours-là!

 

Me souvenir, me souvenir de...

...ce jour où tu tremblais d'émotion en servant le vin à celui qui deviendrait mon mari et le père de mes enfants

...ce jour où, alors que j’étais vêtue de blanc, tu as lu l’Evangile devant toute l’assemblée réunie.  Six ans plus tard, tu as pu le refaire à l’occasion du baptême de ta troisième arrière petite fille.

...que je prenais ton bras quand tu marchais difficilement,

...tous les jours où je te confiais notre fille, notre aînée, le matin avant d’aller travailler : tu partais avec la poussette, elle t’aidait même à marcher, cette poussette, à cause de ton canal lombaire étroit. On appelle ça le "syndrome du caddie" chez les médecins. Parfois, tu m'attendais derrière la porte de mon appartement, tu n'osais pas entrer et je ronchonnais parce que j'aurais préféré que tu sois à la maison, tranquillement, à m'attendre. Déjà, je voulais prendre soin de toi, mon grand-père adoré.

...ces soirs où je revenais épuisée après une grosse journée de stage, et je retrouvais ma fille tout contre toi, brûlante de fièvre et toi qui ne bougeait pas et qui tapotait doucement son dos  en signe de tendresse

...ces soirées que nous avons partagé ensemble alors que j’habitais à côté de chez vous pendant plusieurs mois,

...ce midi de juillet où nous avions fêté tes 85 ans en famille où j'avais rapporté fièrement le Grand Cru Vanille de Philippe Conticini parce que je sentais que c’était le dernier anniversaire qu’on fêterait ensemble

...cette dernière rencontre en maison de retraite où tu nous avais apparu amaigri, les yeux cernés et pourtant si  profondément heureux de nous voir. La dernière image de toi serait à jamais ton sourire édenté et ta main me disant au revoir.

Tu étais un homme profondément bon, rempli de douceur et d’humanité.

Aujourd’hui, je t’accompagnerai vers ta dernière demeure et mes yeux seront remplis de larmes.

Aujourd'hui, aussi, je chanterai pour toi, si je peux, parce que je ne pourrai pas parler.

Hier, aujourd'hui et demain, tu seras intensément dans mon coeur comme jamais. Il ne s'est pas passé un jour sans que je n'ai une pensée pour toi. En ce moment même, des centaines de souvenirs reviennent à la surface.

Je ne veux pas oublier ta voix, je ne veux pas oublier ta joue râpeuse, je ne veux pas oublier tes yeux bleus, je ne veux pas oublier ton sourire, je ne veux pas oublier tout ce que tu as été pour moi.

Il est des grands-pères extraordinaires et tu fais partie de cela.  Par ton humilité, ton bonté, ta douceur, tu as su toucher plus de monde que n'importe qui.

Alzheimer t'a atteint l'an dernier. J'ai eu la chance de t'avoir au téléphone quelques jours avant ta mort. Dans ton discours confus, tu m'as dit en parlant de moi "Tu pars toujours à pied".

Oui, mon Papinou. Je pars encore à pied...et toi, tu t'es envolé vers Là-Haut.

Un jour, on se retrouvera et  on ira de nouveau se promener sur les plages de Normandie. Le soir, on jouera aux dames et on se cachera dans les bosquets pour faire les 400 coups.

Il n'y aura pas un jour où je ne penserai à toi.

 

Il y a deux mois, j'écrivais ce texte où tu me parlais. Ta fatigue a fini par t'emporter vers Là-Haut. Maintenant quand j'aurais une réclamation à faire, je saurais vers qui me tourner.

Certains pourraient s'étonner d'écrire un texte aussi personnel sur ce blog. La douleur de perdre un être cher, l'envie de lui rendre un hommage m'a portée à écrire mes souvenirs pour que je n'oublie pas ce que j'ai vécu grâce à lui.

A toi que j'accompagnerai ce jour dans ta dernière demeure

Commenter cet article

Murielle 21/12/2016 08:12

Mes sincères condoléances, Diane à toi et aussi à ta famille.
Ton hommage est tellement poignant que je ne peux pas aller jusqu'au bout.
Mes pensées vont vers toi. Garde bien en mémoire ces instants partagés et je pense aussi que de les avoir ecrit aide beaucoup.
Bises.

Carole et ses casseroles 18/12/2016 21:02

A travers tous ces mots ces tendres souvenirs ton adorable papy est là et même si certaibs souvenirs s'estompent on garde précieusement au fond de son coeur tout l'amour que l'on a pour nos défunts ! Je suis de tout coeur avec toi et te serre fort !

Chantal 18/12/2016 20:15

Mes larmes ne peuvent que rejoindre les vôtres,elle est terrible cette heure ou notre cœur est broyé par tant d'émotions, notre tète est prise d'assaut par un tourbillon de souvenirs, le mot "fin" nous semble inacceptable !!! mais il reste les belles et tendres images de ceux qui nous ont tant apporté, ils imprègnent nos vies a jamais.
Je vous souhaite bon courage et vous adresse mes condoléances, un grand père merveilleux certains en rêve, d'autres ont la chance de l'avoir connu, je suis de tout cœur avec vous ♥

Caroline 18/12/2016 18:17

À travers vos si jolis mots, on partage tout l'amour que vous aviez l'un pour l'autre et votre peine aussi. Toutes mes condoléances, que cet au revoir ne soit pas trop difficile à surmonter.

francoise24 18/12/2016 17:49

Difficile pour moi de commenter !!! mes larmes envahissent mes joues !!! je sais à quel point tu l'aimais !!!!!et donc à quel oint tu es malheureuse !!!
C'est si dur de dire !! et encore plus de ne pas dire "adieu" !!!
mille bisous !!

mamina 18/12/2016 16:13

Je voulais aussi te dire que tu as aimé ton grand-père vivant et présent et tu l'aimeras encore, sans rien oublier alors qu'il est parti.
Mon grand-père paternel est mort quand j'avais 10 ans, c'était un grand-père extraordinaire. Tu ne peux pas imaginer à quel point je me souviens de lui... sauf sa voix peut-être !

mamina 18/12/2016 16:11

Le blog quelquefois est une jolie page pour l'émotion pas seulement pour la gourmandise.
Certain(e)s ont besoin de mots, de nombreux mots, d'autres, même extraverti(e)s préféreront ne rien dire ou le dire avec pudeur.
Il n'y a pas une seule bonne façon de faire, celle qui nous convient le mieux est LA bonne.
Je t'embrasse Diane.

jackie 18/12/2016 16:07

Quelle magnifique texte et message d'amour à ton Papinou ma Diane. Si tu es ce que tu es, c'est aussi grâce à lui, donc il vivra toujours à travers toi. Je n'ai malheureusement pas eu de grands-parents proches avec qui avoir une telle complicité. J'espère pouvoir le développer avec ma petite fille. Je t'embrasse affectueusement.

fabienne 18/12/2016 15:32

J ai une petite fille de 6 ans dont je suis très proche et si un jour,elle m écrit un texte comme ça,c est que j aurai réussi un passage ,une transmission....Paix à votre grand père et de la tendresse pour vous et votre famille.La vie continue et cette parenthèse dans votre blog vous fait honneur.

Cécile Bleu Combava 18/12/2016 11:53

Jai beaucoup de difficulté à trouver les mots justes...c'est un merveilleux hommage Diane. Je tembrasse.

Hélène Keskonmangemaman 18/12/2016 08:48

Tu m'as émue jusqu'aux larmes , sans doute parce qu’Alzheimer me prendra un proche dans quelques années(on vient juste de le diagnostiquer) , sans doute parce qu'il y a presque deux ans j'ai dit au revoir à mon grand-père aussi et qu'il était aussi de ces grand-pères extraordinaires , courage à ceux qui restent dans le chagrin , avec le temps le chagrin s'efface devant les bons souvenirs ( du moins c'est ce qu'on me dit)

Citronelle 18/12/2016 00:22

Un tres bel hommage pour un papy merveilleux...Toutes mes condoléances . En grande udp

Catherine 17/12/2016 19:54

Chère Diane,
Quelles belles paroles, remplies d'amour, à l'attention de votre grand-père.
Oui, il sera toujours présent dans votre coeur et votre vie, et vous regarde avec bienveillance et amour, comme sur cette très belle photo.
Je prie pour vous et les vôtres,
amitiés
Catherine

Liliane 17/12/2016 19:37

Diane les personnes que nous aimons vivent eternellément dans nos coeurs nos tetes dans notte quotidien' il ne souffre plus et doit etre heureux et vous regarde avec son sourire toutes mes pensées affectives a vous tous bises

chris 76 17/12/2016 18:59

Très bel hommage . Toutes mes condoléances.

The Fassia 17/12/2016 01:56

Chère Diane,

Ce Bel Hommage a votre Grand-Père est si Beau et Émouvant que j'en ai les larmes aux yeux.
Un Papi Merveilleux pour une Petite-Fille digne de Lui.

Il sera Toujours Là à vos côtés, vous tenant par la main pour vous protéger et vous illuminer votre chemin.

Je Vous embrasse bien chaleureusement,

Lola.

The Fassia 17/12/2016 01:49

Chère Diane,

Ce que vous avez écrit est émouvant et j'en ai les larmes aux yeux.
Un Papi Merveilleux pour une Petite-Fille digne de Lui.

Il sera là, toujours à vos côtés pour vous protéger -vous tenant par la main- et illuminer votre chemin.

Je vous embrasse bien chaleureusement,


Lola.

GEOFFROY Monique 16/12/2016 22:23

De tout coeur avec vous dans votre peine. J'ai eu aussi un grand-père formidable et Maman est décédée de cette terrible maladie. Je prie pour vous, votre grand-père et votre famille.

Adeline 16/12/2016 21:02

Les larmes aux yeux, je t'adresse toutes mes condoléances... ton texte est magnifique... Doux baisers.

Martine 16/12/2016 20:15

Que c'est beau... Tout l'amour contenu dans ces mots doit aller droit vers ce Papinou qu'on aurait aimé connaître quand on lit ce texte. Amicalement

Adisson 16/12/2016 19:49

Bonsoir, je ne le connaissais pas mais j'aurai aimé avoir et connaitre un grand père comme ça. Et vous avez bien fait d'écrire ce texte, je suis très triste les larmes aux yeux, mais c'est tellement beau et tellement sincère vous ne l'oublierez jamais. Ni son sourire, ni sa joue râpeuse tout ce que vous aimiez chez lui sera toujours présent dans votre coeur et vous ressentirez toujours parfois sa présence. D'avoir écrit et partager avec nous vous aura j'espère fait du bien.

ANGELE 16/12/2016 19:41

J'ai l'impression de revivre ce que j'ai vécu pendant onze ans avec ma mère elle aussi atteinte d'Alzheimer. Le contexte n'est pas le même (pas de petits-enfants, pas de famille, évolution de la maladie extrêmement rapide...) mais la souffrance est identique. L'absence est encore pire, ma seule consolation est d'avoir été présente auprès d'elle tous les jours après le travail et de l'avoir bichonnée tout au long de sa maladie (et même avant). Comme je vous comprends, courage, ne retenez que les bons souvenirs...

Mireille Berthet 16/12/2016 18:53

Mais oui, tu as raison , c'est un bel hommage que je suis heureuse de lire et de partager avec toi . quelle belle photo , on voit bien que ton Grand père est une belle personne .
gardes bien ces merveilleux souvenirs , c'était son but, que tu te souviennes de tout ce qui a fait ton enfance et ta vie. Il peut partir heureux car il a réussi ....Bien amicalement .Mireille .

Babeth De Lille 16/12/2016 18:39

Il est où tu as envie ton texte! On peut toucher par la cuisine et par les mots et ceux ci sont très beaux...."se souvenir des belles choses"......ça n'empêche pas la tristesse mais ça aide.....bon courage à toi

marie 16/12/2016 18:23

mes plus sincères condoléances! je suis en coeur et en pensées avec vous!
Marie de Bruxelles

Dewulf 16/12/2016 18:06

Quel bel hommage !
Courage....

Quatrefilles 16/12/2016 17:21

Non Diane, ne jamais oublier ceux qui nous ont été chers et qui nous ont permis d’avancer, de grandir et faire de nous les hommes et les femmes que nous sommes.
Que dire? que je suis de tout coeur avec toi, que je partage ta peine, que temps fasse son travail qui permet d’adoucir ton chagrin.
Je t'embrasse

rolande 16/12/2016 16:39

Texte magnifique qui résume bien la perte d'un acte cher

Paulette 16/12/2016 16:28

Bel hommage.Bonne fin de semaine.Becs Paulette

pascale 16/12/2016 15:11

Cet hommage est absolument magnifique. Je ne vois rien d'autre à vous écrire.

Fiamella 16/12/2016 15:11

Je suis votre blog depuis quelque temps tout en étant silencieuse mais je tenais, après avoir lu votre si bel hommage à votre grand-père, à venir vous présenter mes condoléances, parce que ayant également perdu plusieurs êtres très chers dans ma vie, vos paroles m'ont beaucoup touchée.
Tout comme vous je sais qu'ils veillent dorénavant sur nous et que nous les reverrons un jour.

Sandrine (À la Table de Maman Dine) 16/12/2016 14:49

Diane, je t'adresse encore mes plus sincères condoléances