Femmes et alcool...mauvais ménage

Publié le par Un macaron, une glace et deux chocolatines

J'avais déjà, il y a fort longtemps, alerté sur la consommation d'alcool pendant la grossesse.

Et là, oh horreur, je découvre que des études ont montré une augmentation du cancer du sien significative chez les femmes qui buvaient de l'alcool régulièrement.

 

Je vous cite:

 

Les Echos fait savoir que « consommer de 3 à 6 verres de vin par semaine accroîtrait le risque de cancer du sein de 15%, selon une étude publiée dans le Journal of the American Medical Association », menée auprès de 105.986 participantes suivies de 1980 à 2008.
Le quotidien ajoute que « les femmes qui boivent davantage, à savoir 2 verres de vin par jour en moyenne, voient ce risque augmenter de 51% par rapport à celles qui ne boivent jamais d'alcool ».

 

Les Echos relève que les auteurs de ce travail « ont également constaté que consommer de l'alcool de 18 à 40 ans augmentait le risque de cancer mammaire. Ce risque persistera même si les femmes réduisent leur consommation de boissons alcoolisées au-delà de 40 ans ».
Le journal précise que « l'objectif initial de cette recherche était de mesurer le risque de développer un cancer du sein métastasé. Pendant la période de l'étude, 7.690 cas de tels cancers ont été diagnostiqués parmi les participantes ».
« Bien que le mécanisme précis de cette corrélation entre la consommation d'alcool et le cancer du sein reste inconnu, une explication possible pourrait être les effets de l'alcool sur le niveau des œstrogènes circulant dans le sang »,
conclut Les Echos.

 

 

 


Le Figaro s’intéresse également à cette étude et remarque que « plusieurs experts nuancent la gravité de ces résultats en rappelant que le risque de cancer mammaire, même accru par l'alcool, reste bas.

Dans un éditorial accompagnant l'étude, le Dr Steven Narod du Women's College Research Institute de Toronto (Canada) souligne qu'en se basant sur ces travaux, des femmes âgées d'une cinquantaine d'années consommant 2 verres ou plus par jour verraient leur risque de cancer du sein passer de 2,8% à 4,1%. Pour celles qui ne boivent qu'un verre par jour, il augmenterait de 2,8% à 3,5% ». poursuit Le Figaro.


« Les experts rappellent aussi que d'autres facteurs permettent de limiter les risques de cancer du sein, comme faire un régime en cas de surpoids, augmenter son activité physique et arrêter de fumer »,

Le quotidien indique par ailleurs que ces résultats sont « à mettre en perspective avec les bienfaits attribués au vin rouge », évoquant « la découverte récente d'un potentiel effet bénéfique dans le traitement du cancer du sein ».
Le journal explique que « des chercheurs de la faculté de pharmacie de Calabre, en Italie, ont versé une dose de resvératrol dans un tube à essai contenant des cellules de cancer du sein en culture. Ce contact a eu comme effet inattendu de bloquer la croissance de cellules cancéreuses, notamment celles présentant des récepteurs hormonaux aux œstrogènes ».

 

Voilà, je vous laisse seul juge de ces différentes études.

 

Personnellement, je ne pense pas que cela modifiera ma consommation éthylique déjà très basse.

Malgré tout, je pense qu'il est important d'en informer les femmes, surtout celles qui ont des facteurs de risque de cancer du sein ( génétiques et environnementaux comme le surpoids, la sédentarité, le tabagisme, des grossesses tardives ou l'absence de grossesse).

 

C'est sûr, le jour où on fera des découvertes similaires avec le chocolat, je serai fichue

Commenter cet article

nathalie 06/11/2011 22:51


une étude rassurante ...publication dans le British Médical Journal...sur 114 000 sujets..ceux dont la consommation de chocolat est la plus élevée ...bénéfices certains : réduction 37% maladies
cardio vasculaire, 29% d'AVC et 31% de diabète gras...
conclusion ; soyons sereine à l'approche des fêtes de fin d'année...


nathalie 05/11/2011 17:43


Le chocolat noir, riche en magnésium et puis tout simplement bon pour le moral.......


Un macaron, une glace et deux chocolatines 06/11/2011 22:30



Je n'espère qu'une seule chose, c'est que jamais on ne montrera jamais que cela puisse être dangereux pour la santé.