Le 15/2 endeuillé

Publié le par Un macaron, une glace et deux chocolatines

Source : opex 360

Le 152ème RI de Colmar ( ou 15/2 ) a subi pour la première fois la perte d'un de ses hommes en Afghanistan, il y a deux jours.

 

Le lieutenant Camille Levrel a été tué au cours d'une mission d'appui aux forces afghanes dans le sud de la province de Kapisa.

Cet officier sorti du rang est né à Rennes le 3 septembre 1975. Engagé à l’âge de 22 ans au 1er Régiment d’Infanterie de Sarrebourg, il sert en qualité de tireur Milan à la 4e compagnie de cette unité. Elevé à la distinction de 1ère classe le 1er août de l’année suivante, il est promu caporal en décembre 1998.

En 2000, il rejoint l’école de Saint-Maixent pour y suivre la formation de sous-officier semi-direct. Devenu sergent, il est affecté au 16e Bataillon de Chasseurs, qui tenait garnison, à l’époque, en Allemagne. Chef de groupe, puis sous-officier adjoint de la 4e compagnie, il est déployé au Kosovo en qualité de chef d’engin blindé en 2001, puis, l’année suivante, en Afghanistan en tant que moniteur. En 2005, il est nommé sergent-chef, après avoir accompli une mission au Tchad dans le cadre de l’opération Epervier.

En 2008, il réussit le concours des officiers d’active des écoles d’armes (OAEA). A l’issue d’une année formation à l’Ecole d’application de l’Infanterie, il choisit de servir au 152e Régiment d’Infanterie avec les galons de sous-lieutenant. Affecté à la 1ere compagnie de combat en tant que chef de section, il est promu au grade de lieutenant en 2009.

Sérieux, professionnel, soucieux de montrer l’exemple, le lieutenant Camille Levrel avait retrouvé l’Afghanistan le 31 mai dernier au sein du Battle Group Quinze-Deux. Ce père de 3 enfants, marié, était titulaire de la médaille outre-mer avec agrafe « Tchad », de la médaille d’or de la Défense nationale avec agrafes « Infanterie » et « Missions d’assistance extérieure », de la médaille commémorative française avec agrafes « Ex-Yougoslavie » et « Afghanistan » et de la médaille OTAN avec agrafe « Kosovo ».

Ironie du sort : nous assistions à la messe le lendemain à la cathédrale de Colmar.

Toutes nos prières et celle de l'assemblée étaient tournées vers sa famille.

Publié dans La vie mili...

Commenter cet article

françoise24 19/08/2011 23:52


Encore une fois !!! juste pleurer et se taire !!! mais surtout cela laisse u un sentiment de gout amer !!!!!!!!
bisous