Burn-out, mère épuisée, syndrôme d'épuisement maternel, attention danger

Publié le par Docteur Chocolatine

Trop de fois, j'ai entendu "je sais pas comment vous faîtes", "vous êtes admirable", "quel dévouement", "quel courage", "trois filles et médecin..."
Tout d'abord, il faut bien réaliser que les apparences sont trompeuses, que tout n'est pas rose tous les jours et que, moi aussi, j'ai eu ma période "au bout du rouleau". Dure période de la vie où beaucoup des mes amies et de mes patientes mamans semblent être passées aussi.
Je n'ai pas de secret, je suis comme tout le monde. Après quelques années prises dans le quotidien effrené, je suis revenue à ce qui nourrissait mon âme depuis toujours.
Je mets de l'amour ou de la passion dans ce que je fais dans ma vie. Je ne me lève plus par automatisme mais par envie de faire des choses belles chaque jour, d'apprendre quelque chose de nouveau, ou de voir quelque chose de beau.
Je prends conscience des instants précieux, je les imprime dès que je les vis dans ma petite mémoire.
 
Un jour, j'ai dit à un patient " Donnez vous des moments heureux, ils vous aideront à surmonter les difficiles". Oui ce sont ces moments là qui vont vous soutenir le jour où tout sera sombre.
 
mere-epuisee.jpg
 
Je ne suis pas philosophe, je suis juste maman de trois enfants prise moi aussi par le quotidien (courses, ménage, devoirs, transport et...boulot), un quotidien qui voit aussi l'absence du papa de temps en temps pour des départs en mission de plusieurs mois, un quotidien où je dois demander de l'aide pour ne pas tout faire toute seule.
grand_stress.jpg
 
 
J'accueille le présent, je prends les bons moments du passé et je garde les blessures comme des souvenirs de ce que j'ai vécu, je vois le futur comme une promesse.
J'arrête de regretter.
On fait ce qu'on peut. Apprendre à se pardonner, c'est un grand pas.
 
 Pourquoi le burn-out? Pourquoi nous sommes pour la plupart d'entre nous un moment à un autre épuisées?
Est ce que c'est parce que nous n'arrivons pas à choisir entre nos envies profondes et ce que la société veut de nous? Est ce que c'est parce que nous ne voulons pas abandonner cette image de mère/femme parfaite que l'on voudrait nous coller sur le front? Est ce parce que, malgré les apparences, nous nous sentons étouffées dans ces exigences qui ne viennent pas de nous?
 
Peut-être serions nous plus épanouies si nous abandonnions justement l'idée d'être la femme idéale? Si nous nous disions "Moi d'abord"...
Je ne conseille pas de tout laisser tomber, de ne plus s'occuper du mari et des enfants (sauf cas grave) mais de nous ménager une vie intérieure, une vie riche, qui nous ressource. En somme "ma paix intérieure en priorité"...
 
 
Pour moi, ça a été la lecture et la prière. Ce peut-être autre chose pour quelqu'un d'autre, un moment calme, où nous ne sommes pas dans l'action mais dans l'être, dans le "je vis" et non le "j'agis".
Etre dans la vie, ce n'est pas agir, maîtriser, être actif (dans tous les sens du terme même économique). Ce n'est pas être multi-tâches, accaparée physiquement par tout le monde parce qu'ils ont l'habitude que l'on soit disponible pour eux 24h sur 24.
Soyez disponible sans devoir mais avec votre coeur.
Etre dans la vie, c'est vivre vraiment, prendre l'instant avec un sourire, en ouvrant ses oreilles et son coeur
mere-chat.jpg
 
Soyez bons envers les autres, souriez...la bonté, c'est comme un boomerang, elle vous reviendra en pleine face et vous rayonnerez encore plus.
N'ayez pas peur de témoigner de ce qui vous fait vivre, n'ayez pas peur d'aimer. Que vous soyez croyants ou non, votre vie en sera plus belle encore
 
Lorsque vraiment vous êtes fatiguée, épuisée, que la vaisselle s'amoncelle, que les vêtements sont en désordre, les cartables pas prêts, posez vous, fermez les yeux et remémorez vous ce qu'Albert Camus disait : 
"Je ne connais qu'un seul devoir : c'est celui d'aimer".
 
Faîtes vous confiance, ne vous sous-estimez pas. Et ne vous dîtes pas quand vous ressentez que cela vous fatigue/stresse/énerve, "je ferai ça toute seule comme une grande".
 
Priorisez dans votre journée/ votre semaine/ votre week-end.
  • Qu'est ce qui est le plus important? Qu'est ce que je peux faire pendant la semaine? Qu'est ce qui m'épuise si je le fais pendant la semaine?
  • Qu'est ce qui me fait du bien? Qu'est ce qui fait du bien à mes enfants ou mon mari? Est ce que c'est compatible avec notre vie familiale?
 
Triez...et gardez le plus important. Ne prenez pas tout si vous ne le pouvez pas...
En choisissant ce que vous décidez de faire, vous le ferez encore mieux. Une maman n'a pas un réservoir de forces infini. Superwoman n'existe, supermummy non plus.
 
Déculpabilisez : vous êtes un être humain, vous avez le droit de ne pas être au mieux de votre forme, d'être fatiguée ou grognon. Oui, c'est vrai. Vous avez le droit d'avoir des passages à vide, des moments où vous avez besoin de vous poser.
Et si vous êtes épuisée, tirez la sonnette d'alarme. Vous êtes un des piliers de la santé de la famille. Il faut prendre soin de vous également.
Burn-out des mamans, ne passons pas à côté !
Bonne fin de vacances à tous ... et toutes !

 

 

Commenter cet article

Viane 03/11/2015 22:47

Je découvre cet article, qui me rappelle bien des souvenirs. Quand mes filles étaient petites (je suis grand-mère maintenant), je travaillais de nuit et comme je voulais être une mère parfaite, je les emmenais à l'école en rentrant de l'hôpital, je rangeai un peu, une petite sieste et préparation du repas avant d'aller les chercher à l'école. En effet, pourquoi les mettre à la cantine, puisque j'étais à la maison ? Au bout de deux trimestres à ce rythme, avec 4 maxi de sommeil par jour, j'ai enfin compris. Elles ont repris le chemin de la cantine, mais c'est une maman reposée et de bonne humeur qui venait les chercher à 4 heures :))

Docteur Chocolatine 07/11/2015 13:09

Je me demande aussi. Je crois qu'on a tous nos limites. Superwoman n'avait pas d'enfants! :-). Il faudrait que je le corrige un peu car maintenant qu'une quatrième chocolatine est arrivée, j'ai encore revu les choses. Plein de bisous à toi

Mimiami 03/11/2013 20:21


Maman Chocolatine, surtout ne changeait pas d'un iota. Vous etes une belle personne. Merci pour tout ce que vous nous offrez.

Docteur Chocolatine 03/11/2013 22:23



Merci du fond du coeur



Anne-Claire 03/11/2013 16:49


Pour être une bonne maman, il faut être bien dans sa tête. Nos enfants aiment une maman qui est bien!


J'ai fait mon burn-out il y a 18 mois. En regardant envoyé spécial. Un reportage sur es mères épuisées! Ce fût une révélation! FX regardait le reportage stupéfé! Et moi, je répondais à toutes les
questions de la journaliste par les mêmes réponses que la maman!! Ca y est, je savais ce que j'avais, il y avait un nom, une pathologie! Je n'étais pas folle, mais complétement épuisée! Et oui,
je voulais être une maman parfaite. Travailler, élever mes enfants, entretenir la maison, continuer à coudre comme quand je ne travaillais pas..... je voulais que tout reste comme avant que je
reprenne le boulot, mais force est de constater.... CA N'EST PAS POSSIBLE!!


J'ai lu un livre, oh, il ne m'a pas aidé, mais j'ai pris consience que je n'étais pas seule. Ca c'est rassurant. Et puis j'ai pris conscience de ce que je faisais "endurer" à mes enfants. Oh, ils
en ont bavé sans rien dire, sans que je ne vois quoique se soit. J'ai été violante verbalement et physiquement. Des fessées hein, c'est tout! enfin, c'est déjà pas mal quand j'y repense, j'avais
la main un peu leste..... et je n'en suis pas fière.


Mais la vie fait qu'on ne peut pas toujours faire ce qu'on veut, on fait ce qu'on peu. Pas facile de prendre du temps pour soit. Il m'a fallut un autre élément déclancheur pour aller chez le psy.
J'y suis arrivée en larme. Elle a tout de suite voulu me mettre sous médicements, chose que j'ai tout de suite refusé. 3 séances plus tard, j'ai trouvé où était le problème. Je n'allais pas
mieux, mais j'avais les causes. La thérapie s'est vite arrétée, la personne en face de moi n'était pas la bonne. Je me sentais jugée et là n'était pas le but.


Maintenant je vais mieux, je suis toujours autant sous l'eau, mais les enfants vont bien, ma maison roule, je me fais aider par maman et belle maman qui se mettent derrière la table à repasser
dès que possible et moi... moi je m'occupe de moi, en faisant des choses que j'aime. Pour ma part, c'est la couture et les moments avec les copines qui sont de plus en plus compliqués quand on
bosse!!


Et puis il y a mon homme, qui a prit consience de beaucoup de chose, qui a ouvert les yeux, qui a vu sa femme souffrir. Je peux vous dire que c'est bon d'être aimé et entouré....


Alors, à toutes les mamans qui souffrent, n'ayez pas honte de ne pas y arriver, n'ayez pas honte de demander de l'aide, n'ayez pas honte d'être à bout, non, n'ayez pas honte, mais faites vous
aider et  ne refuser pas l'aide qu'on peut vous proposer, votre fiéreté, mettait la au placard quelque temps!! Ne soyez pas une super maman, soyez seulement une maman. Vaut enfants n'en
seront que plus heureux!


Bon, je vais me moucher car je suis en larme!!


Bises à toutes et bonne rentrée!

OzalidinZürich 03/11/2013 14:45


Passée par là aussi, douloureusement, et d'ailleurs toujours sous traitement 2 ans après. Mais tout ce que vous dites est tellement vrai, et je suis presque contente d'en être arrivée là pour le
découvrir. Merci pour ce post (et pour les recettes !) J'ai testé avant-hier les muffins aux airelles et aux magrets de canard séchés - grand succès !

Docteur Chocolatine 03/11/2013 22:25



Merci de votre témoignage. C'est dur de se rendre compte combien de mamans passent par là aussi. Des blessures dont on guérit le plus souvent, enfin, je l'espère...mais combien n'arrivent pas à
passer le cap et vivent toute leur vie de mère dans cette pression là sans jamais appuyer sur "pause"?



Liliane 03/11/2013 12:41


Je crois que chaque maman a eu un tel moment plus ou moins long.....


C"'est bien expliqué , un jour mon fils ( pas très grand )  m'a dit "maman" arrete de chercher toujours la perfection , c'est ma nature mais à ce moment avec son regard d'enfant j'ai appris
à lever le pied et à accepter mes erreurs mes oublis .......


Bonne semaine

Docteur Chocolatine 03/11/2013 22:26



Je me pose la question "Est-on obligée de passer par là?". Ne peut-on pas nous le dire dès notre plus jeune âge qu'une maman doit aussi saavoir se reposer en qualité et en quantité?



isabelle 03/11/2013 10:02


..........  

Docteur Chocolatine 03/11/2013 22:27



Un silence et un petit coeur que j'interprête avec justesse comme un grand sourire de ta part et beaucoup de compréhension, n'est ce pas?



francoise24 03/11/2013 00:25


ET OUI !! tu as tout dit !!!!!!!


Mais que c'est dur de le reconnaitre et surtout difficile de dire STOP !! NON !! Je ne peux pas !!!!!!!!


Je reconnais que depuis le "départ"  de mon fils, je réagis différemment , je ne fais plus "TOUT " POUR FAIRE PLAISIR AUX AUTRES , Je me garde du temps (même mal utilisé) et je fais , ou
j'essais de faire ce que j'ai envie ( bien souvent !!! RIEN !!)


Alors tu as raison, cela ne m'empêche pas d'être une épouse depuis 48 ans bientôt  ... d'être une maman à plein temps (même encore avec mes enfants !! qui ont toujours besoin de quelque
chose ...) d' avoir fait une "jolie carrière " .. d' être encore trés active (adjointe en mairie ...) et de "perdre" non de "passer " du temps sur mon ordi !!!!!


Cela me permet de faire de belles rencontres !!!!!!!!


Je te fais de gros bisous !! dommage que je sois si loin de toi !!!!!

Zélie 02/11/2013 21:05


j'ai connue cette période de burn-out il y a quelques années ! maintenant je vais bien ... une période que je n'oublierai pas ... je me suis relevée non sans mal ... maintenant je vais bien et
m'accorde du temps pour moi & savoure à fond tous les moments intense avec mes enfants et ça ça vaut tout l'or du monde ! c'est en eux qu'il faut que l'on puise notre force en les regardant
vivre & se laisser émouvoir et prendre le temps de s'arrêter (tant pis si le rôti va brûler un peu ...) pour les regarder les écouter ... et profiter ce que ne faisait pas toujours nos
parents !


douce fin de week-end


bonne reprise lundi aux chocolatines & à toi aussi


bises


Nathalie

Docteur Chocolatine 03/11/2013 22:29



Oh oui...tant pis si le rôti brûle, je suis d'accord. Certaines choses peuvent attendre, la vie passe et nos enfants grandissent vite. Ce sont les moments avec eux qui doivent être nos priorités
surtout quand on est physiquement à côté d'eux.


La séparation travail/maison est difficile mais nécessaire pour notre bien être intérieur. Multi-tâches, même notre cerveau n'assure plus...Bisous



Mel 02/11/2013 20:55


ohhhhhhhhhhhhh que c'est bon de lire ça !! J'ai acheté le bouquin justement. On en parlait avec une bonne amie. Mille mercis pour ce billet qui met les choses à plat, tu dis exactement et avec
les mots justes ce que nous avons besoin d'entendre ... Prendre du temps pour soi et pas uniquement pour les autres, souffler, aller à la source pour à nouveau rayonner ... ne pas se dire je peux
tout faire et mettre la barre trop haut... Gros gros bisous.